AAH, AEEH, pensions d’invalidité : tout savoir sur les revalorisations

De nouvelles mesures sont entrées en vigueur au 1er avril 2022 pour les principales prestations dont bénéficient les personnes en situation de handicap.

Zoom sur les revalorisations concernant l'aide aux adultes handicapés, l'allocation éducation de l’enfant handicapé et son complément, et la pension d'invalidité.

Qu'est-ce qui change pour l'allocation adulte handicapé ?

L’allocation aux adultes handicapés (AAH) est une aide financière qui garantit aux personnes handicapées un revenu minimal d’existence pour faire face aux dépenses de la vie courante.

Depuis le 1er avril 2022, l’AAH est revalorisée de 1,8 %. Le montant mensuel de l’AAH à taux plein est désormais de 919,86 euros. Cette revalorisation sera effective pour les versements à partir du début du mois de mai 2022. 

Rappel : un nouveau dispositif de calcul de l’AAH

Depuis le 1er janvier 2022, un nouveau dispositif de calcul de l’AAH est entré en vigueur pour soutenir les bénéficiaires de l'AAH en couple dont les revenus sont les plus modestes.

Toute personne, bénéficiaire de l'AAH, en couple et sans activité et dont le conjoint gagne le Smic touche désormais l’AAH à taux plein, soit 919,86 euros par mois. Le dispositif est automatique. Aucune démarche n'est à effectuer auprès de la Caf. 

Qu'est-ce qui change pour l’allocation de l’éducation d’un enfant handicapé et son complément ?

L’allocation d’éducation de l’enfant handicapé (AEEH) est une aide financière destinée à compenser vos dépenses liées à la situation de handicap de votre enfant de moins de 20 ans.

Revalorisation de l’allocation d’éducation de l’enfant handicapé

Depuis le 1er avril 2022, l'AEEH est également revalorisée à hauteur de 1,8 %. Le montant de base de l'allocation d’éducation de l’enfant handicapé est désormais de 135,13 euros. 

Revalorisation relative aux compléments AEEH

L'AEEH peut être accompagnée de compléments fixés notamment en fonction du niveau de handicap.

Au 1er avril 2022, le complément AEEH et la majoration pour parent isolé du complément d'AEEH ont également été revalorisés de 1,8 % :

  • nouveaux montants relatifs au complément AEEH :
    • complément 1re catégorie : 101,35 euros,
    • complément 2e catégorie : 274,48 euros,
    • complément 3e catégorie : 388,50 euros,
    • complément 4e catégorie : 602,04 euros,
    • complément 5e catégorie : 769,44 euros,
    • complément 6e catégorie : 1 146,69 euros ;
  • nouveaux montants relatifs à la majoration pour parent isolé (MPI) du complément d' AEEH :
    • MPI 2e catégorie : 54,90 euros,
    • MPI 3e catégorie : 76,01 euros,
    • MPI 4e catégorie :  240,70 euros,
    • MPI 5e catégorie :  308,26 euros,
    • MPI 6e catégorie :  451,84 euros.

Qu'est-ce qui change pour les pensions d’invalidité ?

Une pension d’invalidité est un revenu de remplacement versé aux salariés, indépendants et agriculteurs qui, suite à un accident ou une maladie d’origine non professionnelle, se trouvent en incapacité partielle ou totale de travailler. 

Revalorisation des pensions d'invalidité

Depuis le 1er avril 2022, la revalorisation de 1,8 % s’applique également pour les pensions d’invalidité et les rentes accidents du travail et maladies professionnelles (AT-MP)

Nouvelle règle de cumul pour les pensionnés d’invalidité en emploi

Pour améliorer les ressources des pensionnés d’invalidité en emploi, un nouveau mode de calcul est mis en place pour cumuler la pension d’invalidité avec une activité professionnelle.

Les salariés peuvent désormais intégralement cumuler leur pension d'invalidité et leurs revenus d'activité jusqu'à ce que ce total atteigne le salaire qu'ils avaient avant leur invalidité, puis, au-delà de ce seuil, la pension sera réduite de 50 % des gains constatés. 

Un décret vient en effet modifier les règles en aménageant les modalités de cumul de la pension d'invalidité en cas d'exercice d'une activité professionnelle. 

Jusqu’ici la reprise d’activité pouvait se traduire par une perte de revenus pour les personnes bénéficiaires d'une pension d'invalidité. 

Le décret aménage les modalités de suspension de la pension d'invalidité en cas d'exercice d'une activité professionnelle, en permettant, pour les salariés, un cumul intégral des revenus d'activité et de la pension d'invalidité jusqu'à ce que le revenu disponible de l'assuré redevienne similaire à celui qu'il avait avant son passage en invalidité, puis en organisant au-delà de ce seuil la réduction de la pension de l'équivalent de la moitié des gains constatés.

Cette réforme, qui entrera en vigueur à l'été, aura une application rétroactive au 1er avril 2022.