Aides à domicile : première journée nationale le 17 mars 2023

Publié le 13/03/2023 ‐ Mis à jour le 16/03/2023

Partager la page

Le 17 mars 2023 aura lieu la première journée nationale des aides à domicile. L’occasion de faire le point sur le métier et les missions des aides à domicile qui constituent un maillon essentiel de la vie quotidienne des personnes en perte d’autonomie : en situation de handicap, malades ou âgées. C’est aussi l’occasion de rappeler les différentes possibilités de recrutement et de financement.

C’est quoi le métier d’aide à domicile ?

L'aide à domicile est chargée d’accompagner les personnes en perte d’autonomie, ponctuelle ou permanente, dans leurs besoins du quotidien et notamment les personnes en situation de handicap. Cette aide à domicile contribue au maintien à domicile de la personne accompagnée, grâce à une assistance aussi bien physique que psychologique ou sociale en les aidant dans l’accomplissement des tâches et des activités de la vie quotidienne.
L’aide à domicile intervient à une fréquence qui varie en fonction des besoins de la personne en situation de fragilité à domicile.

Bon à savoir

Les heures de travail d'une aide à domicile varient en fonction des besoins de la personne qu'elle assiste : moins la personne est autonome, plus le temps de présence nécessaire de l'aide à domicile est important. 

Le temps de travail au domicile représente ainsi quelques heures tous les jours ou quelques heures par semaine. Par exemple pour aider à faire le ménage et préparer les repas. C’est pourquoi une aide à domicile interviendra bien souvent au domicile de plusieurs bénéficiaires.

Lorsqu’une personne a besoin d’une assistance continue de jour comme de nuit, plusieurs aides à domicile se relaient.  

Quelles sont les missions de l’aide à domicile ?

L’aide à domicile est sollicitée pour contribuer à l’accompagnement de la personne sur son lieu de résidence et favoriser ses conditions de vie. Ses missions sont à différencier de celles relevant du soin. Par exemple : elle n’est pas formée à la prise en charge de personne à mobilité réduite qu’il conviendrait de soulever, déplacer ou laver en utilisant des techniques particulières relevant de la compétence d’un personnel soignant.

L’aide à domicile exerce ainsi plusieurs missions :

  • entretenir la maison de la personne accompagnée : changer les draps, refaire le lit, remplacer le linge de toilette, faire la vaisselle, le ménage, la lessive et le repassage, laver les vitres, faire les petits travaux d'entretien et de réparation nécessaires (changer des ampoules, faire des travaux de couture…) ;
  • subvenir aux besoins alimentaires : faire les courses, suivre l’état des stocks, ranger les produits et les marchandises, préparer les repas ;
  • aider à la prise des médicaments ne nécessitant pas un apprentissage particulier ; 
  • aider aux démarches administratives et à l'organisation des semaines : remplir des documents administratifs, aider à planifier un budget, prendre des rendez-vous (médicaux ou autres), accompagner la personne jusqu’à ces lieux de rendez-vous ;
  • s’occuper des animaux domestiques : nourrir, promener et entretenir l’environnement des animaux domestiques ;
  • soutenir la personne psychologiquement et intellectuellement : favoriser l'écoute, le dialogue, les jeux et la lecture ;
  • maintenir le lien social : assurer le suivi des relations familiales et des relations avec les services sociaux, les autres prestataires…

Aide à domicile et auxiliaire de vie : quelles différences ?

Aide à domicile et auxiliaire de vie sont deux métiers souvent confondus car en lien avec l’accompagnement de personne.
Si ces deux métiers ont des missions communes, contrairement à l’aide à domicile, l’auxiliaire de vie :

  • possède un diplôme d’État d’accompagnement éducatif et social (DEAES) ;
  • n’a pas pour mission d’entretenir le logement de la personne chez qui elle intervient, ni de faire son ménage, ses repas ou sa lessive. Même si l’auxiliaire de vie sociale peut cependant faire un peu de rangement si nécessaire ;
  • est formée pour effectuer certains  gestes techniques liés à un accompagnement plus complexe ;
  • peut intervenir dans un milieu hospitalier contrairement à l'aide à domicile.

Comment recruter une aide à domicile ?

Pour recruter une aide à domicile, vous avez trois possibilités :

1.    l’embaucher vous-même. En tant que particulier employeur vous devrez respecter des formalités :

  • établir un contrat de travail par écrit, 
  • obtenir une immatriculation auprès de l’Urssaf
  • vérifier l'identité de votre salarié et la validité de son titre de séjour s'il est travailleur étranger non-européen ; 

2.    vous adresser à un organisme mandataire. Si vous optez pour cette option, sachez que :

  • l’organisme se charge de recruter votre aide à domicile et d’effectuer la gestion administrative (contrat de travail, bulletin de paie, calcul et déclaration des cotisations sociales, prélèvement à la source) et qu’il vous facture cette prestation,
  • vous conservez le statut d’employeur, contrôlez le travail de votre aide à domicile et lui versez son salaire ;

3.    vous adresser à un organisme prestataire de services à la personne. Dans ce cas, c’est l’organisme qui est l'employeur de votre aide à domicile. Il s’occupe de toutes les formalités administratives. En contrepartie, il vous facture ses prestations et celles effectuées par l’aide à domicile qu’il a recruté.

Comment financer une aide à domicile ?

Pour financer une aide à domicile, selon votre situation, vous pouvez bénéficier d’aides. Renseignez-vous.

Parmi les aides possibles : 

  • la prestation de compensation du handicap (PCH) : peut être attribuée aux personnes en situation de handicap qui remplissent les conditions d’accès par la maison départementale des personnes handicapées (MDPH). La PCH vous permet de financer certains besoins liés à la perte d’autonomie. Versée par le conseil départemental, elle peut couvrir notamment certains besoins d’aide humaine comme la préparation du repas et la vaisselle mais pas directement l’entretien de la maison. Pour en savoir plus, consultez l’article relatif à la prestation de compensation du handicap ;
  • l’allocation d’éducation de l’enfant handicapé (AEEH) et ses compléments : attribués selon certaines conditions par la MDPH et versés par la Caisse des allocations familiales (Caf) ou la Mutualité sociale agricole (MSA), l’AEEH et ses compléments sont destinés à aider les personnes qui assurent la charge d’un enfant handicapé de moins de 20 ans. Ces aides visent à couvrir les dépenses liées au handicap de l’enfant ou le besoin d’aide humaine pour s’occuper de l’enfant, lié à une embauche de tierce personne et/ou à une restriction de l’activité professionnelle des parents. Pour en savoir plus, consultez l’article consacré à l’allocation d’éducation de l’enfant handicapé et l’article relatif aux compléments de l’AEEH ;
  • l’allocation personnalisée d’autonomie (Apa) : versée par le conseil départemental sous conditions, l’Apa sert à payer (en totalité ou en partie) les dépenses nécessaires pour vous permettre de rester à votre domicile. Elle est destinée aux personnes âgées de 60 ans et plus, en perte d’autonomie, qui ont besoin d'aide pour accomplir les actes essentiels de la vie quotidienne ou dont l’état de santé nécessite une surveillance régulière. Pour en savoir plus, consultez l’article consacré à l’allocation personnalisée d’autonomie ; 
  • la prestation complémentaire pour recours à tierce personne (PCRTP) : attribuée et versée par la Caisse primaire d’assurance maladie, la PCRTP vous permet de financer l'assistance d'une personne pour vous aider à effectuer les actes ordinaires de la vie courante. Vous pouvez en bénéficier si vous êtes dans l’une des situations suivantes :
    • vous percevez déjà une rente pour incapacité permanente suite à un accident ou une maladie professionnelle,
    • vous avez un taux d'incapacité d'au moins 80 %,
    • vous ne pouvez plus réaliser seul au moins 3 actes de la vie courante ou avez des troubles neuropsychiques présentant un danger pour vous ou autrui.

Pour en savoir plus sur la prestation complémentaire pour recours à tierce personne, consultez le site service-public.fr.

Des aides sociales sont également proposées par la commune, le département ou les caisses de retraite. Pour en savoir plus sur ces aides, contactez les services sociaux de votre commune, de votre département ou votre caisse de retraite. 

Attention ! Si vous percevez déjà l’allocation personnalisée d’autonomie, vous ne pouvez pas bénéficier des aides des caisses de retraite ni de l’aide-ménagère du département. Si vous êtes éligible à la PCH vous devez choisir entre les 2 prestations Apa ou PCH au moyen d’un droit d’option.

Pour en savoir plus, consultez le Portail national d’information pour les personnes âgées et leurs proches.

Par ailleurs, sachez que vous pouvez rémunérer votre aide à domicile au moyen :

  • du chèque emploi service universel (Cesu) déclaratif qui permet de déclarer la rémunération d’un salarié à domicile ;
  • ou du CESU préfinancé délivré par un employeur privé ou public et/ou un comité d’entreprise, ou par un financeur de prestations sociales qui permet de payer un organisme ou un salarié.

Pour en savoir plus, consultez l’article du service public sur le statut de particulier employeur et le chèque emploi service universel (Cesu).

De plus, si vous faites appel à un organisme de services à la personne (société, association, auto-entrepreneur) pour recruter une aide à domicile, vous pouvez bénéficier de l’avance immédiate du crédit d’impôt pour l’emploi à domicile d’un prestataire.
Pour en savoir plus, consultez l’article « Services à la personne : avance immédiate du crédit d’impôt ».

À savoir 

Attention ! Si vous percevez déjà l’allocation personnalisée d’autonomie, vous ne pouvez pas bénéficier des aides des caisses de retraite ni de l’aide-ménagère du département. Si vous êtes éligible à la PCH vous devez choisir entre les 2 prestations Apa ou PCH au moyen d’un droit d’option.

Pour en savoir plus, consultez le Portail national d’information pour les personnes âgées et leurs proches.

Par ailleurs, sachez que vous pouvez rémunérer votre aide à domicile au moyen :

  • du chèque emploi service universel (Cesu) déclaratif qui permet de déclarer la rémunération d’un salarié à domicile ;
  • ou du CESU préfinancé délivré par un employeur privé ou public et/ou un comité d’entreprise, ou par un financeur de prestations sociales qui permet de payer un organisme ou un salarié.

Pour en savoir plus, consultez l’article du service public sur le statut de particulier employeur et le chèque emploi service universel (Cesu).

De plus, si vous faites appel à un organisme de services à la personne (société, association, auto-entrepreneur) pour recruter une aide à domicile, vous pouvez bénéficier de l’avance immédiate du crédit d’impôt pour l’emploi à domicile d’un prestataire.
Pour en savoir plus, consultez l’article « Services à la personne : avance immédiate du crédit d’impôt ».

L'info en plus

Embaucher une aide à domicile peut ouvrir droit à un certain nombre d’avantages fiscaux et sociaux, renseignez-vous. Pour en savoir plus, consultez le site des services à la personne (SAP).

Dossier de presse 17 mars Journée nationale des Aides à domicile.pdf

Paramètres d’accessibilité

Paramètres d'affichage

Choose a theme to customize the look of the site.

Paramétrer les cookies