Coronavirus: consultez les informations officielles du Gouvernement.
Un nouveau numéro pour vous aider : le numéro 0800 360 360 (services et appels gratuits).

Les solutions de répit pour les aidants

Publié le 22/01/2023

De nombreuses personnes aident chaque jour ou de manière très régulière un enfant ou un adulte en situation de handicap, en perte d’autonomie, ou atteint de maladie grave. Il existe des solutions de répit à destination des aidants pour vous soulager et vous permettre de souffler. 

1) Qu’est-ce que le droit au répit ?

La loi du 28 décembre 2015 relative à l’adaptation de la société au vieillissement a instauré un droit au répit à destination des proches aidants. Ce droit signifie que tout aidant peut demander pour leur proche un soutien et une place d’accueil temporaire en établissement, en accueil de jour, en séjour de vacances, etc. 
 

Définition 

« Est considéré comme proche aidant la personne qui vient en aide, de manière régulière et fréquente, à titre non professionnel, pour accomplir des actes ou des activités de la vie quotidienne d’une personne en perte d’autonomie, du fait de l’âge, de la maladie ou d’un handicap ». 

2) À quoi servent les solutions de répit ?

Les solutions de répit sont diverses et s’adressent aussi bien aux aidants qu’aux personnes accompagnées. Elles sont un moyen :

  • si vous êtes aidant de : 
    • vous soulager, vous relayer à votre domicile ou en dehors, 
    • mieux concilier vos contraintes d’aidant avec votre vie personnelle et professionnelle,
    • vous assister dans les actes du quotidien comme effectuer des démarches,
    • vous permettre de prendre du temps pour vous (voir des amis ou des proches, vous reposer, prendre soin de vous…),
    • vous permettre de prendre soin de votre santé,
    • etc. ;
  • si vous êtes la personne aidée de : 
    • bénéficier d’activités adaptées,
    • sortir de votre quotidien et de découvrir d’autres lieux que votre domicile,
    • rencontrer d’autres personnes,
    • échanger avec le personnel soignant ou médico-social,
    • etc.

Que ce soit pour quelques heures, quelques jours ou pour une période plus longue, différentes solutions de répit existent pour vous permettre de répondre à votre besoin.

3) Quelles sont les solutions de répit ?

Il existe de nombreuses solutions de répit : 

  • celles permettant de bénéficier d’un relai ou d’un soutien à l’extérieur du domicile ;
  • celles permettant d’organiser un relai et un accompagnement au domicile de la personne aidée ;
  • celles proposant à l’aidant et à son proche de partager des moments privilégiés en dehors de leur quotidien dans le cadre de vacances ou de séjours de répit.

Des places d’accueil de jour ou de nuit

Sur notification par la commission des droits et de l’autonomie des personnes handicapées (CDAPH) de la maison départementale des personnes handicapées (MDPH), une personne aidée en situation de handicap peut bénéficier d’un accueil à la journée ou à la demi-journée, une à plusieurs fois par semaine. Cet accueil peut aussi se faire de nuit. L’accueil de jour est une structure médico-sociale adaptée selon le type de patient accueilli (handicapé, âgé ou atteint d’une maladie spécifique). Néanmoins, en cas d’urgence, votre proche pourra être accueilli sans notification préalable de la CDAPH. 

Un hébergement temporaire

Votre proche peut être accueilli de manière temporaire dans un établissement médico-social, de façon limitée et avec ou sans hébergement. Il peut s’agir d’un institut médico éducatif (IME), foyer d’accueil médicalisé (FAM), d’un hôpital, d’une maison de retraite de type Ehpad
Pour bénéficier d’une admission en hébergement temporaire, une orientation de la CDAPH est nécessaire, sauf en cas d’urgence. 

Un hébergement en famille d’accueil ou en maison de répit

Vous pouvez demander à bénéficier pour votre proche handicapé ou malade d’un hébergement au sein d’une famille d’accueil pour une durée plus ou moins longue, de manière occasionnelle, à temps partiel ou complet, selon vos besoins. La demande s’effectue eu conseil départemental de votre lieu de résidence. 

Vous pouvez aussi faire une demande d’accueil en maison de répit s’il en existe une près de chez vous. Ces lieux sécurisés et souvent médicalisés disposent de professionnels formés à la prise en charge de personnes en situation de handicap ou malades et peuvent dispenser des soins médicaux et paramédicaux. 

Un relai à la maison (baluchonnage, répit à domicile, aide la nuit…)

Si vous avez besoin d’aide chez vous ou de temps pour prendre soin de vous, il existe des solutions de soutien à domicile comme :

  • le baluchonnage : une ou plusieurs personnes se rendent chez vous pour vous aider ou vous soulager en prenant soin de votre proche. Pour en savoir plus, consultez le site Baluchon France ;
  • le répit à domicile grâce à l’intervention de professionnels de l’extérieur (société de services à domicile classique, dédiée au handicap ou au répit). Pour en savoir plus, consultez le site du service de répit à domicile Bulle d’air ;
  • une aide à domicile de nuit proposée par des services d’aide à domicile ou de soins infirmiers pour aider au lever et au coucher et pour vous soulager dans les actes du quotidien, les repas, la toilette, les transferts, etc. Pour en savoir plus, consulter l’article sur « Les solutions la nuit » sur le Portail national d’information pour les personnes âgées

Des séjours de répit pendant les vacances 

Il existe plusieurs solutions pour pouvoir partir en vacances avec votre proche en situation de handicap tout en prenant du temps pour vous, notamment des séjours adaptés à la prise en charge des personnes handicapées ou âgées. Renseignez-vous auprès de :

4) Qui peut faire une demande de répit ?

Toute personne prenant soin de manière très régulière d’un proche en situation de handicap, malade ou âgé peut en faire la demande.

5) À qui s’adresser pour demander une solution de répit ?

Pour vous renseigner et trouver une solution de répit, consultez :

  • les plateformes d’accompagnement et de répit (PFR) : pour en savoir plus sur ces PFR, rendez-vous sur le Portail national d’information pour les personnes âgées ;
  • la MDPH dont vous dépendez ;
  • le centre communal d’action sociale (CCAS) de votre commune ;
  • le centre local d'information et de coordination gérontologique (Clic) ou points infos seniors, destinés aux personnes âgées et à leurs proches.

Retrouvez les coordonnées des MDPH, CCAS et Clic en utilisant l'annuaire.

6) Comment financer une solution de répit ?

Pour financer une solution de répit, vous pouvez demander :

  • un congé de proche aidant ;
  • l’allocation journalière du proche aidant (AJPA) ;
  • l’allocation personnalisée d’autonomie (Apa) et notamment la partie Apa à domicile pour les aidants de personne âgées ;
  • l’allocation d’éducation de l’enfant handicapé (AEEH) ou la prestation de compensation du handicap (PCH) pour financer des solutions de répit (déplacements, participation à la vie sociale de votre proche, surcoûts liés au financement d’un séjour de répit ou de vacances adaptées, etc. ;
  • un soutien au centre communal ou intercommunal d’action sociale (CCAS ou CIAS) de votre commune pour obtenir des aides exceptionnelles au financement des solutions de répit ;
  • la participation financière du fonds d’action sociale du département, de votre caisse de retraite, de votre mutuelle ou d’assurance santé pour le reste à charge. 

Sachez que si vous faites appel à une société de service à domicile en emploi direct, vous pouvez bénéficier d’un crédit d’impôt à hauteur de 50 % de la rémunération et des cotisations sociales versées. Depuis janvier 2022, vous pouvez bénéficier de l’avance immédiate de ce crédit d’impôt. 

Pour en savoir plus, consultez l'article « Services à la personne : avance immédiate du crédit d’impôt ».

L’essentiel à retenir

  • La loi permet aux aidants de bénéficier de répit pour souffler et prendre du temps pour soi.
  • Il existe différentes solutions de répit pour les aidants de personnes en situation de handicap, malades ou âgées :
    • des places d’accueil de jour ou de nuit ;
    • un hébergement en établissement ou en famille d’accueil ;
    • un relai à domicile ;
    • des séjours de vacances adaptés  .
  • Vous pouvez prendre un congé de proche aidant et percevoir un soutien financier.
  • L’Apa, l’AEEH, la PCH et bien d’autres aides peuvent aussi servir à financer des solutions de répit.