Troubles dys : quels aménagements pour la scolarité ?

Publié le 14/10/2023 ‐ Mis à jour le 09/11/2023

Partager la page

Le 14 octobre 2023, la journée des troubles dys est placée sous le signe de l’orientation. L’occasion de faire le point sur les troubles dys et sur les aides mobilisables pour les jeunes concernés.

Troubles  dys : de quoi parle-t-on ? 

Les troubles appelés troubles dys sont des troubles cognitifs spécifiques : ils affectent une ou plusieurs fonctions cognitives telles que la perception, l’attention, la mémoire ou le langage… Ce sont des troubles du neuro-développement.

Les troubles du neuro-développement : c’est quoi ?

Les troubles du neuro-développement (TND) regroupent :

  • les troubles du développement intellectuel ;
  • les troubles de la communication ;
  • les troubles du spectre de l'autisme ;
  • les troubles spécifiques des apprentissages (lecture, expression écrite et déficit du calcul) ;
  • les troubles du développement moteur, le déficit de l'attention/hyperactivité...
     

Troubles dys : quelles grandes catégories distingue-t-on ? 

Les troubles spécifiques et durables de développement du langage oral (dysphasies).

Les troubles spécifiques et durables de développement du geste et/ou des fonctions visuospatiales (dyspraxies) ou troubles de l’acquisition de la coordination.

Les troubles spécifiques et durables de l’acquisition du langage écrit (dyslexies, dysorthographies).

Les troubles spécifiques et durables des activités numériques (dyscalculies).

Les troubles spécifiques et durables de développement des processus attentionnels et des fonctions exécutives (TDAH).

Ils se caractérisent par une ou plusieurs difficultés dans le développement et l’apprentissage :

  • du langage ;
  • de la coordination motrice ;
  • de l’attention ;
  • da la perception ;
  • de la mémoire ;
  • des fonctions visuo-spatiales ;
  • des fonctions exécutives…

Quels sont les principaux troubles dys ? 

La dyslexie 

La dyslexie est un trouble de l’acquisition de la lecture qui est généralement hésitante, ralentie, avec des erreurs. Ce trouble nécessite une attention soutenue qui génère notamment de la fatigue.

La dysorthographie 

La dysorthographie est un trouble de l’acquisition de l’orthographe qui se traduit par des erreurs fréquentes et systématiques dans l'écriture des mots. Ce trouble est souvent associé à la dyslexie. Les enfants dysorthographiques éprouvent des difficultés à mémoriser les règles orthographiques et à appliquer les correspondances entre les lettres et les sons.

Les dyspraxies 

Les dyspraxies sont des troubles portant sur le développement moteur

  • apprentissage des gestes ; 
  • acquisition des coordinations sensoriel, motrices ou des fonctions visuospatiales (orientation dans l’espace, perception des objets…). 

Ils se manifestent par des retards psychomoteurs, une maladresse importante et/ou une dysgraphie (difficultés diverses liées à l’écriture). Les gestes appris s’automatisent mal ce qui entraîne une difficulté ou une impossibilité à travailler en double tâche (par exemple : écouter l’enseignant ou l’employeur et écrire en même temps).

La dyscalculie

La dyscalculie est un trouble portant sur la capacité à comprendre et à utiliser les nombres. Ces troubles peuvent avoir un impact sur l’insertion scolaire et sociale du fait des difficultés à calculer, à compter, et à mémoriser des nombres.

La dysphasie 

La dysphasie est un trouble du développement du langage qui peut affecter l’expression et/ou la compréhension du langage oral. Certains enfants ont du mal à comprendre ce qui leur est dit ou à trouver les bons mots, à construire des phrases ou peuvent présenter des difficultés de prononciation. 

Comment diagnostiquer les troubles dys ? 

Le diagnostic relève du médical et du paramédical. Il nécessite souvent d’une démarche pluridisciplinaire coordonnée par un médecin. Par exemple, suite à une évaluation médicale et en fonction des symptômes, seront initiés des bilans orthophonique et psychologique..., puis d’autres professionnels peuvent intervenir au besoin comme un psychomotricien, un ergothérapeute, un neuropsychologue, un orthoptiste... 
Un simple bilan établi par un professionnel paramédical est la plupart du temps insuffisant.

Vous vous interrogez, consultez votre médecin traitant pour établir un diagnostic.

Quelle différence entre le repérage et le dépistage ?

Le repérage et le dépistage sont différents :

  • le repérage des difficultés peut être fait par les parents, les professionnels de la petite enfance ou les enseignants ;
  • le dépistage des troubles dys s’effectue au moyen d’outils, il est le fait de médecins ou infirmiers de PMI, ou scolaires ou du médecin traitant.

Quel accompagnement et orientation pour les jeunes atteints de troubles dys ? 

Quel accompagnement en milieu scolaire pour les jeunes atteints de troubles dys ? 

Des aménagements ou accompagnements dit de « droit commun » sont accessibles et peuvent être mis en place en milieu scolaire grâce aux acteurs suivants :

  • l’équipe pédagogique ;
  • l’équipe éducative ;
  • les psychologues scolaires et les enseignants spécialisés ;
  • le personnel de santé scolaire…

Il est important d’intervenir dès que possible, une fois le diagnostic posé en fonction des besoins spécifiques de votre enfant. 

Les aménagements pédagogiques   

Les difficultés rencontrées par l’élève qui présente des troubles dys sont prises en compte à travers des aménagements pédagogiques, définis et mis en place par l’équipe éducative comme :    

  • des reformulations ; 
  • des consignes ;   
  • photocopies adaptées (uniquement en recto) ;  
  • adaptation de la taille de la police de caractères ;   
  • utilisation d’une clé USB ;   
  • installation adaptée dans la classe ;   
  • allègement du travail...

Les parcours de rééducation

Selon les difficultés repérées sur les bilans, le parcours de votre enfant peut inclure par exemple:

  • des séances d'orthophonie pour travailler sur les difficultés du langage oral et écrit ;
  • des séances de psychomotricité pour améliorer les habiletés motrices .

Le plan d’accompagnement personnalisé (PAP) 

L’aménagement de la scolarité peut également permettre l’intervention de professionnels extérieurs sur le temps scolaire dans le cadre d’un plan d’accompagnement personnalisé (PAP)  

Le plan d’accompagnement personnalisé (PAP) s’adresse aux élèves qui connaissent des difficultés scolaires durables ayant pour origine un ou plusieurs troubles des apprentissages (dyslexie, dysphasie, dyspraxie…) évoluant sur une longue période sans reconnaissance du handicap.   

Le Livret parcours inclusif (LPI)    

Le livret parcours inclusif (LPI) est dédié au suivi des élèves qui ont des besoins particuliers comme un besoin d’aménagement du fait de troubles dys.   Des professeurs des écoles, des collèges, des lycées peuvent souscrire une nouvelle mission d’appui à la prise en charge d’élèves à besoins particuliers. Ils vont pouvoir avoir accès au LPI après accord des parents pour mieux accompagner les équipes enseignantes dans le cadre des pôles d’appuis à la scolarité (PAS). Les familles peuvent visualiser les aménagements mis en place par ces professeurs pour leur enfant dans le cadre du LPI.    

Les pôles d’appuis à la scolarité (PAS)   

Les pôles d’appuis à la scolarité (PAS) est un nouveau dispositif expérimental, visant à soutenir les parcours de scolarisation inclusifs. L’objectif est d’apporter un premier niveau de réponse éducatif aux élèves en situation de handicap grâce à l’appui d’un professionnel éducatif aux côtés des équipes pédagogiques des établissements scolaires concernés.

Quelle orientation quand on est atteint d’un trouble dys ? 

Votre enfant peut être scolarisé :  

  • en classe ordinaire avec ou sans aménagements et ou aides humaines et matérielles ;  
  • en unités localisées pour l’inclusion scolaire (Ulis) : en école primaire, au collège ou en lycée. L'accès aux dispositifs Ulis nécessite une notification de la CDAPH (commission des droits et de l'autonomie des personnes handicapées). Ils sont une des possibilités de mise en œuvre des PPS (projets personnalisés de scolarisation).

Examens, concours : quels aménagements ?

Pour passer des épreuves, des examens ou des concours des aménagements peuvent être prévus pour permettre aux élèves en situation de handicap de se présenter aux examens et concours organisés par l'éducation nationale, comme : 
•    des installations matérielles dans la salle d’examen ;
•    l’utilisation de machine ou de matériel technique ou informatique ;
•    une aide humaine  (secrétariat ou assistance) ; 
•    une adaptation dans la présentation des sujets, 
•    des temps plus longs ….

Troubles dys : quelles sont les aides attribuées par la MDPH ?

Votre enfant a été diagnostiqué comme porteur de troubles dys, vous pouvez bénéficier de différentes aides ou dispositifs qui peuvent se cumuler. Il peut s’agir par exemple :

  • des aménagements adaptées dans le cadre d'un projet personnalisé de scolarisation (PPS ; 
  • d'outils de compensation comme des logiciels de correction orthographique,
  • de séances de soutien scolaire …

Le projet personnalisé de scolarisation (PPS) 

Ce dispositif nécessite une reconnaissance de handicap et de déposer un dossier à la MDPH :

  • l'équipe pluridisciplinaire de la MDPH vérifie que votre enfant est bien en situation de handicap ; 
  • si c’est le cas elle élabore le projet personnalisé de scolarisation (PPS).

Le PPS définit les modalités de déroulement de la scolarité en précisant, si nécessaire :

  • la qualité et la nature des accompagnements, notamment thérapeutiques ou rééducatifs,
  • le recours à une aide humaine individuelle ou mutualisée,
  • le recours à un matériel pédagogique adapté,
  • les aménagements pédagogiques.

Une équipe de suivi de la scolarisation (ESS) facilite la mise en œuvre du PPS et assure, pour chaque élève en situation de handicap, un accompagnement attentif et régulier. 

Quelle aide financière ?

L’allocation d’éducation de l’enfant handicapé (AEEH) et éventuellement son complément AEEH peuvent être attribuées sous conditions. 

Pour en savoir plus, consulter l’article AEEH

Le matériel pédagogique adapté (MPA)   

L'objectif du matériel pédagogique adapté (MPA) est de favoriser l'activité d'apprentissage en apportant à l'élève en situation de handicap une des aides techniques comme du matériel informatique et numérique adapté.   

L’accompagnant des élèves en situation de handicap (AESH)   

L’accompagnant des élèves en situation de handicap(AESH) a pour vocation de faciliter l’accueil et l’intégration des élèves à besoins éducatifs particuliers dans les établissements scolaires de l’Éducation nationale et de favoriser leur autonomie.   

Les unités localisées pour l’inclusion scolaire (Ulis)   

Les Ulis offrent aux élèves qui en bénéficient une organisation pédagogique adaptée à leurs besoins ainsi que des enseignements adaptés dans le cadre de regroupement. Elles permettent la mise en œuvre de leurs projets personnalisés de scolarisation (PPS). L'admission de l'élève est préparée en amont par l'enseignant référent, en lien avec la famille, en transmettant le projet personnalisé de scolarisation au directeur d'école ou au chef d'établissement.

Journée des troubles dys 2023

Le thème de la 17e journée nationale des Dys 2023 est  « Je suis Dys » et plus tard je ferai quoi ? ». Pour suivre les événements de cette journée près de chez vous, rendez-vous sur le site de la Fédération française des dys

Paramètres d’accessibilité

Paramètres d'affichage

Choose a theme to customize the look of the site.

Paramétrer les cookies