Coronavirus: consultez les informations officielles du Gouvernement.
Un nouveau numéro pour vous aider : le numéro 0800 360 360 (services et appels gratuits).

Handicap au travail : comment vos besoins sont-ils pris en compte ?

Publié le 20/11/2021 ‐ Mis à jour le 02/12/2022

Comme lors de votre scolarité, des aménagements destinés à compenser votre handicap peuvent être proposés en entreprise. Le handicap au travail peut être caractérisé par des difficultés rencontrées pour réaliser certaines tâches du fait d’une maladie invalidante ou d’un handicap. Comme précisé dans le Code du travail (art. L5213-1) : « Est considéré comme travailleur handicapé toute personne dont les possibilités d'obtenir ou de conserver un emploi sont effectivement réduites par suite de l'altération d'une ou plusieurs fonctions physique, sensorielle, mentale ou psychique. ». Mon Parcours Handicap vous éclaire sur la reconnaissance du handicap au travail, les compensations envisagées, la façon de parler de votre handicap mais aussi les interlocuteurs qualifiés pour vous aider à réussir votre insertion professionnelle après les études.  

1) OETH et RQTH : quel est l'intérêt de faire reconnaître son handicap ? 

Tout employeur de 20 salariés ou plus (secteur public ou secteur privé) doit répondre à une obligation d’emploi des travailleurs handicapés (OETH). C’est-à-dire qu’il doit s’engager à recruter des travailleurs en situation de handicap à hauteur de 6 % de son effectif total. 

Le nombre de salariés avec RQTH est utilisé pour vérifier la réponse à cette obligation et le demandeur d’emploi en situation de handicap ou le salarié en situation de handicap peut bénéficier de mesures d'accompagnement pour la recherche d’un emploi : d’aides techniques et d’aides humaines financées par l’Association de gestion du fonds pour l’insertion des personnes handicapées (Agefiph) dans le secteur privé ou par le Fonds pour l’insertion des personnes handicapées dans la fonction publique (FIPHFP).

Pour obtenir une reconnaissance de la qualité de travailleur handicapé (RQTH), vous devez déposer votre dossier de demande à la maison départementale des personnes handicapées (MDPH).

En savoir plus : La reconnaissance de la qualité de travailleur handicapé

2) Quelles aides pour compenser votre handicap au travail ?

Faire reconnaître votre handicap n’est pas obligatoire, mais cette reconnaissance peut vous permettre d’améliorer vos conditions de travail.

Des aides (financières, humaines, techniques) peuvent en effet vous être proposées ainsi qu’à votre employeur pour compenser votre situation de handicap au travail, vous permettre d’être plus autonome dans vos missions et favoriser votre maintien dans l’emploi. On parle de compensation du handicap.

La loi précise que : tout employeur doit prendre les mesures appropriées pour répondre au principe d’équité entre ses salariés (notamment par un aménagement du poste de travail), sous peine de sanctions pour discrimination.

Pour aller plus loin sur les aides, consulter :

3) Quels sont les spécialistes de l’insertion professionnelle et du handicap ?

En plus de vous faire accompagner dans votre recherche d’emploi par un conseiller Pôle emploi, vous pouvez, si vous êtes titulaire de la RQTH ou en voie de l’être, faire appel aux conseillers des agences Cap emploi. Spécialisés dans l’insertion professionnelle des personnes en situation de handicap, ces conseillers vous proposent un accompagnement vers l’emploi personnalisé, vous aident à rédiger votre CV, à préparer un entretien d’embauche, à envisager des moyens de compensation (y compris financiers) adaptés à votre handicap.

La mission locale près de chez vous peut aussi vous proposer un accompagnement personnalisé pour trouver une formation ou un emploi, rechercher un contrat en alternance (en apprentissage ou en contrat de professionnalisation), élaborer votre dossier de candidature (CV, lettre de motivation, simulation d’entretien d’embauche).

Au service des jeunes, les missions locales sont en lien avec les MDPH et peuvent vous aider à définir votre projet professionnel, mais aussi favoriser votre insertion professionnelle  et sociale, notamment pour effectuer vos démarches pour accéder à un hébergement temporaire ou à un logement durable, à vos droits, à une couverture santé, etc. Pour en savoir plus, rapprochez-vous de votre mission locale.

Annuaire des coordonnées de la mission locale

4) Comment parler de son handicap ou de sa maladie au travail? 

Parler de son handicap dans la sphère professionnelle, même si cela peut sembler difficile, permet tout de même de :

  • faciliter votre recherche d’emploi grâce à un accompagnement personnalisé par un conseiller d’une agence Cap emploi spécialisé dans l’insertion professionnelle des personnes en situation de handicap ;
  • bénéficier d’éventuels aménagements de votre poste de travail, de votre durée de travail… ;
  • faciliter la perception d’aides à l’embauche pour votre employeur.

Vous pouvez faire le choix de parler de votre handicap ou de votre maladie dès le CV et la lettre de motivation ou attendre l’entretien.

Si vous décidez d’évoquer votre handicap dès votre lettre de motivation :      

  • présentez d’abord votre parcours, ce qui vous incite à postuler (intérêt pour le poste, pour l’entreprise) ;
  • expliquez ensuite que vous êtes en situation de handicap et que des aménagements de poste peuvent être nécessaires. Vous pouvez ajouter que l’entreprise peut bénéficier d’aides financières et d’un accompagnement par des spécialistes de l’insertion professionnelle des personnes en situation de handicap ;
  • si des aménagements ont déjà été réalisés pour vous (avec succès) dans le cadre d’un stage ou d’un premier emploi, dites-le ! En précisant que vous pouvez en parler plus en détail dans le cadre d’un éventuel entretien. 

L'info en plus

De plus en plus d’entreprises ont des missions handicap ou des référents handicap développent des processus de recrutement et de maintien dans l’emploi inclusifs.

Leur rôle ? Changer le regard des collaborateurs sur le handicap, valoriser la richesse de nouveaux profils, favoriser un climat de confiance propice à l’intégration et à l’évolution des collaborateurs en situation du handicap.

Pour cela, missions et référents organisent des campagnes de sensibilisation mais aussi des événements et occasions de rencontres (comme le « DuoDay » ou l’opération « 1 jour,1 métier en action »).  

Les entreprises qui ne bénéficient pas de cet accompagnement interne peuvent aller chercher des ressources à l’extérieur comme les conseillers Cap emploi ou les associations de personnes en situation de handicap.